…à quel point elles aiment brouter les feuilles et le fruit charnu de l’arganier noueux, natif du Maroc. Elles vous diront que c’est un jeu d’enfant que de grimper dans cet arbre; et parfois, 8 à 9 chèvres s’amusent à faire courber les branches ondoyantes du vieil arbre; elles ne s'inquiètent pas d’endommager l’arbre ou de le détruire. Elles prennent plaisir à cueillir le fruit avant même qu’il ait mûri. Après tout, ce sont des chèvres.

Les chèvres vous diront... qu’elles savourent l’huile succulente que recèlent les noyaux tandis que les Berbères trépignent d’impatience devant leurs caprices. Elles vous diront qu’elles n’arrivent pas à tout digérer, alors elles évacuent naturellement les petites noix…et c’est ainsi que les Berbères arrivent à récupérer ces noix, à les écorcer et manger les graines qu’elles recèlent. Et c’est là que l’huile, ce trésor de l’arganier, se trouve. Mais les chèvres n’ont pas l’air de s’en soucier.

Mais nous, nous y tenons. Nous aimons l’effet de cette huile onctueuse dans notre chevelure, sur nos ongles et sur notre peau. L’huile de l’arganier est riche en oméga, ainsi qu'en vitamines A et E; elle protège, hydrate et nourrit l’épiderme.

Nous devrions remercier les chèvres de jouer si bien le rôle qui nous permet de puiser cette huile magique du Maroc : sans elles, les Berbères ne seraient pas arrivées à décortiquer le secret.

Aujourd’hui, les coopératives, dont la coopérative de Targanine, d'où Earth to Body obtient son huile, ne demandent pas l’aide des chèvres. Aujourd’hui, ces arbres sont protégés contre les abus de ces grimpeuses agiles et contre le déboisement et la désertisation.

Les chèvres ne s’amusent plus. À présent, les coopératives de commerce équitable engagent des femmes locales; elles fendent le fruit et récupèrent les huiles succulentes. Les chèvres reçoivent le fruit en cadeau, sans avoir à grimper. Tout le monde y gagne!

Categories: 

Commentaires

Ajouter un commentaire